Essai Can-Am Maverick Sport DPS 1000R

Essai Can-Am Maverick Sport DPS 1000R

Le Can-Am Maverick Sport est l’archétype du SSV alliant sport et balade. Une longue virée autour du plateau de Valensole nous a permis de jauger ses performances générales.

Après le Maverick Trail, plus orienté randonnée, Can-Am muscle son SSV avec ce sport-loisir baptisé “Sport 1000R“. Ce modèle de 976 cm3 voit sa puissance passer de 75 à 95 chevaux grâce à une gestion électronique différente ; plus en adéquation avec son utilisation intensive. Comme la grande majorité de l’offre québécoise, ce Maverick Sport DPS 1000R est homologué T1b ABS. Un atout qui lui permet de garder sa pleine puissance et une vitesse de pointe quasi-illimitée. En réalité, elle atteint les 95 km/h.
Mais cette puissance généreuse serait sans doute moins maîtrisable sans une redéfinition complète des suspensions. En premier lieu avec le passage de la largeur de voies de 50 à 60 pouces (152 cm). Ces triangles plus larges s’accompagnent également – et fort logiquement – de nouveaux amortisseurs Fox Podium 2.0. Ainsi, leurs débattements passent à 292/305 mm contre 254/267 mm (AV/AR) sur le Trail. Et la différence se fait là !

Comme à son accoutumée, le constructeur Can-Am met un point d’honneur à soigner la présentation de son habitacle.

Le SSV multicartes !

Grâce à cet ensemble d’éléments de suspension, le Maverick Sport supplante le “petit“ Trail en termes de confort de d’agrément. On ne subit plus les tressautements de la piste en tout-terrain. Surtout dans les Alpes-de-Haute-Provence où les cailloux poussent plus vite que l’herbe ! En revanche, les compressions plus importantes sont avalées sans sourciller. Si l’agrément s’en trouve augmenté, le rythme de croisière s’intensifie au fur et à mesure de notre sortie provençale.
Seuls les pneus Maxxis Liberty sont inadaptés à ces pistes fuyantes. Leur cruel manque d’accroche obligent à rouler plus modérément pour ne pas élargir la trajectoire… En revanche, ils se sont montrés très résistants aux crevaisons. Merci à leur carcasse 6 ply et leurs flancs renforcés. Nous avions déjà souligné ces points lors de l’essai du Maverick X rc Turbo, au terme duquel nous avions préféré les pneus Maxxis Big Horn 2.0 de la version X rs pour leur grip supérieur. Toutefois, un choix de pneumatiques reste indubitablement lié au terrain sur lequel vous évoluez régulièrement.

A mi-chemin entre balade bucolique et rythmée, le Maverick Sport DPS 1000R offre un gain de confort appréciable par rapport au Maverick Trail d’entrée de gamme.

Dans Maverick Sport, il y a… Sport !

Avec son gabarit plus généreux, le Maverick Sport DPS 1000R s’autorise plus de fantaisies. Les entrées en courbe se font moins sur la réserve malgré un centre de gravité plus élevé que son homologue Trail, causé par une garde au sol de 30,5 cm contre 25,4 cm pour ce dernier. Les 25 cm de largeur de voies supplémentaires y sont pour beaucoup. Tandis que les deux barres stabilisatrices avant et arrière contiennent très correctement le roulis ; les amortisseurs Fox assurant le reste. Grâce à la direction assistée Tri-mode d’une précision redoutable, ce SSV se montre très maniable malgré son gabarit plus imposant.
Bien installé dans le confortable siège baquet, le pilote accède facilement au réglage d’inclinaison du volant. Ainsi cela permet d’avoir une bonne prise en main et un œil sur le tableau de bord digital fourmillant d’informations ; l’autre œil étant rivé sur la piste ! La position du pédalier n’appelle pas de remarque désobligeante. Le plancher intègre un repose-pied pour caler la chaussure gauche afin de ne pas être tenté d’aller appuyer par erreur sur la pédale de frein … comme sur tout véhicule à transmission automatique !

Le Can-Am Maverick Sport 1000R est un des meilleurs compromis entre balade et rando plus sportive

Un moteur Rotax vigoureux !

L’adoption du moteur 1000R permet de retrouver 20 chevaux supplémentaires par rapport au Maverick Trail 1000 DPS. La transmission par variateur, avec son système de réponse instantanée QRS-T, nous rappelle les gros progrès effectués par Can-Am depuis les Maverick Turbo de la précédente génération.
Le système intelligent iTC™ lié à l’injection y est également pour beaucoup dans le faible temps de réponse à l’accélérateur. Cela rend un SSV très réactif et plus précis dans les phases délicates comme les franchissements ; là où les anciens Maverick Turbo se montraient brutaux. Pour ces passages plus techniques, on apprécie également le mode “Eco” qui tempère l’arrivée de la cavalerie. Tout l’opposé du mode “Sport” qui convient parfaitement à un pilotage à l’attaque.
Outre l’attrait de garder la pleine puissance et une vitesse maxi peu bridée, l’homologation T1b ABS proposée par Can-Am assure une excellente stabilité au véhicule sur les freinages très appuyés. Le système électronique ABS engendre un antipatinage qui bride l’accélération lors des dérives trop importantes ; l’ABS corrigeant sans cesse les différences de vitesse de rotation des roues.

L’homologation T1b ABS dont bénéficie le Maverick Sport lui permet de circuler librement partout où il est autorisé de poser ses roues.

Le SSV sport-loisir homologué

Les Maverick (ex-“X3“) n’ayant pu décrocher une quelconque homologation, le Maverick Sport DPS 1000R est une excellente alternative pour qui veut piloter un SSV Can-Am à sensations. Bénéficiant de la certification T1b ABS, ce modèle était disponible dans ce coloris noir/rouge au tarif de 21 999 € en 2019. A l’heure où nous actualisons cet article, le Maverick Sport DPS 1000R 2021 ne sera livrable qu’en noir “Triple Black“ au tarif de 22 099 €.
Il retrouve sur sa route l’excellent Polaris RZR S 1000 EPS. La référence de la catégorie offre un tarif plus attractif de 20 690 € ; 21 290 € avec carrosserie peinte. Toutefois, ses amortisseurs Walker Evans ne peuvent tenir la comparaison avec les Fox du Can-Am. En revanche, les pneumatiques Dirt Commander de l’Américain sont nettement plus polyvalents.
Reste l’effet nouveauté imposé par le Maverick Sport. Sans oublier une présentation plus qualitative de l’habitacle et une homologation ABS plus adaptée à son utilisation sport-loisir. Pour finir, notez que notre modèle d’essai disposait de nombreux accessoires LoneStar Racing : bumpers AV/AR, barre anti-encastrement arrière. Tandis que d’autres sont issus du catalogue Can-Am : rampe de feux à LED, demi pare-brise fumé, petits rétroviseurs et “rock sliders“ (protections de bas de caisse latéraux).

Retrouvez toutes les caractéristiques techniques sur le site de Can-Am Off Road France

On aime !

  • Efficacité générale
  • Polyvalence
  • Homologation ABS

On aime moins…

  • Monte pneumatique
  • Absence de portes de série
  • Unique coloris noir en 2021

CONCLUSION
L’arrivée du Maverick Sport DPS 1000R, une des nombreuses nouveautés SSV du constructeur québécois, bouscule l’hégémonie de l’américain Polaris, leader du marché dans ce segment. Avec une présentation très soignée et des performances de premier ordre, ce Maverick Sport se permet de jouer sur plusieurs tableaux entre balade bucolique et sorties plus rythmées. Enfin, il offre l’avantage exclusif de proposer une homologation bridant à peine ses performances d’origine grâce à l’ABS. Reste peut-être à perfectionner des détails. On pense à une meilleure monte de pneus et à l’ajout de portes pour le confort à bord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *